Peut-on payer des impôts en BD ?

17/08/2021
Thumbnail [16x6]

La famille de Richard Peyzaret, plus connu sous le nom de F’murrr (célèbre pour la série Le Génie des alpages, chez Dargaud), a fait don de la plus grande partie de ses planches et illustrations à l’État français, dans le double objectif de régler ses frais de succession et préserver son œuvre. 
 

Appliquant la Loi Malraux du 31 décembre 1968, les héritières ont décidé de faire une dation à l’État pour payer leurs droits de succession. 

La chose est courante dans le domaine artistique (les familles de Picasso, Giacometti, Chagall ou encore Matisse ont appliqué cette exception aux droits de succession), elle consiste à donner à l’état une partie des œuvres en paiement de l’impôt. Cette disposition a considérablement enrichi les musées nationaux.

Mais dans la bande dessinée, le fait est rare. Ainsi, Albert Uderzo a offert trois albums d’Astérix à la Bibliothèque nationale de France et Georges Wolinski a fait de même avec un grand nombre de ses dessins. Récemment, le dessinateur Edmond Baudoin a offert toute son œuvre originale au Musée national de la BD d’Angoulême.