La fin du « roaming » pour vos appels

Posté le : 12/06/2017

A partir du 15 juin, tout Européen en voyage dans un autre pays de l'Union européenne n'aura plus en principe à payer des frais supplémentaires pour utiliser son téléphone portable : c'est la fin des frais d'itinérance, ou "roaming". "Quand vous utiliserez votre appareil mobile alors que vous êtes en déplacement dans l'UE, vous paierez le même prix que quand vous vous trouvez dans votre pays", explique ainsi l'Union européenne sur son site. Cependant, gare aux détails et aux exceptions qui pourront encore faire monter la facture.

- Cette règlementation ne concerne que les pays de l'Union européenne. Ainsi, en Suisse ou en Andorre, les opérateurs restent libre de facturer comme ils le souhaitent. Tout dépend alors du forfait souscrit.

Cependant, les frais d'itinérance sont supprimés au Royaume-Uni - le Brexit n'étant pas encore effectif -, mais aussi en Islande, en Norvège et au Liechtenstein, car ils appartiennent à l'Espace économique européen.

- Les appels, SMS, MMS passés depuis son téléphone mobile depuis son pays de résidence vers les autres pays de l'UE sont toujours soumis à une exception tarifaire. Ces communications sont hors roaming et font toujours l'objet d'une tarification particulière, en fonction de l'opérateur et du forfait.

- Gare également aux voyages en ferry entre deux pays européens, et même entre la Corse et le continent. Les téléphones se connectent sur un réseau propre à la compagnie maritime et les prix sont souvent prohibitifs. Ces réseaux, reliés à une connexion satellitaire, ne rentrent pas dans la réglementation européenne.

- Concernant l'internet mobile, la situation est variable selon l'opérateur et le forfait. En général, l'usage hors de France est contingenté à un niveau inférieur, explique BFM Business. Par exemple le quota d'Internet plafonné est plus bas qu'en France.

- Par ailleurs, les opérateurs conservent le droit de facturer des surcoûts en itinérance en cas d'une très grande consommation. Ce droit ne peut cependant s'appliquer que si l'utilisation en itinérance est plus importante qu'en France pendant quatre mois consécutifs.

- Enfin, les opérateurs sont toujours autorisés à limiter certains forfaits à usage national uniquement.